Nous sommes des animaux, mais on n’est pas des bêtes



M. Meyer, P. de Plunkett - Presses de la Renaissance - 2007 - 237 p *


Catastrophe : on veut donner aux animaux des "droits", comme les droits de l’homme ! Pourquoi ?


En s’attaquant à cette question, les auteurs, un philosophe et un journaliste, vont être amenés à s’interroger en profondeur sur ce qui sépare l’homme de l’animal. Ce qu’ils découvrent bouscule nos idées, et sonne l’alarme pour l’avenir de notre espèce. La première partie du livre est consacrée au psychisme de la bête.


Les animaux communiquent : mais quoi et comment ? L’homme d’aujourd’hui ne se trompe-t-il pas lorsqu’il prête ses émotions humaines aux bêtes ?


La seconde partie étudie nos relations avec les animaux. Peut-on dire qu’un chat nous "sort de la solitude", alors qu’il n’est pas un humain ? Notre éthique a-t-elle quelque chose à voir avec le fonctionnement des sociétés animales ? Est-il vrai que les animaux ont une morale, dont serait issue la morale humaine ?


De l’explosion des dépenses de luxe pour les chiens au boom des traitements au Prozac pour animaux, de l’influence du darwinisme à la revendication de droits civils et politiques pour les cétacés, Jean-Marie Meyer et Patrice de Plunkett dénoncent une "crise de l’humain" que nous sommes en train de fabriquer sous couvert de "respecter l’animal". Ils nous livrent un essai savoureusement percutant, vivant, richement documenté, sur la différence entre la bête et l’homme. Et sur l’urgence, pour l’homme, de se redécouvrir lui-même.


Professeur agrégé, Jean-Marie Meyer enseigne la philosophie générale en classes préparatoires (lycée Stanislas) et l’éthique à l’Institut de philosophie comparée à Paris.


Journaliste, ancien directeur de la rédaction du Figaro Magazine, essayiste, conférencier, Patrice de Plunkett est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Benoît XVI ou le plan de Dieu (2005) et l’Opus Dei : enquête sur le "monstre" (2006) aux Presses de la Renaissance.