Le Père absent



Claudio Risé - Ed. Rémi Perrin - 2005 - Paris *


L’auteur est professeur de sciences politiques et de sociologie et psychanalyste junghien. Son livre est courageux et même téméraire. Il étonnera, instruira, mais en choquera plus d’un.


L’auteur enquête sur les ravages sociaux engendrés par l’absence des pères. Sait-on que 85 % des jeunes gens incarcérés aux États-Unis ont grandi sans leur père ? Ou que 75 % des suicidés sont nés sans père ? Que le divorce, dans la majorité des cas, éloigne l’enfant de son père ? À propos de l’absence du père dans nos sociétés contemporaines (surtout depuis mai 68), de l’abandon de son autorité naturelle et de son rôle en tant qu’initiateur dans les rites de passage vers l’âge adulte, Claudio Risé écrit : "La disparition, depuis un demi-siècle, du rôle du père dans l’organisation des énergies de l’enfant, et dans son initiation à la Société signe une rupture anthropologique entre l’homme et la culture masculine précédente.


"À propos de "l’anti-autoritarisme" qui fut appliqué de façon radicale dans nombre d’écoles maternelles, Claudio Risé note : ’’On constata chez les enfants (généralement à un an et demi) une régression vers une sorte de marasme psychologique, un glissement vers des niveaux de totale désorganisation psycho-physique, qui convainquit les éducateurs les plus consciencieux d’abandonner la méthode ou de fermer la maternelle.


L’expérience eut au moins le mérite d’être radicale et de démontrer le caractère impraticable d’une pédagogie fondée sur "l’anti-autorité". Ce principe d’autorité est constitutif de la personnalité de l’enfant, il est une condition de son développement."


Selon l’auteur, l’absence du père et l’absence de normes morales provoquent l’anxiété de l’enfant jusqu’à des niveaux dangereux. Cette anxiété engendre le fameux ADHD (Attention Deficit Hyperactivity Disorder), ce déficit de l’attention par hyperactivité qui, après les États-Unis, se répand en Europe.


L’ouvrage de Claudio Risé mérite d’être médité par les éducateurs et les enseignants. Il s’agit d’un plaidoyer très argumenté sur l’urgence de rendre toute sa place au rôle du père dans la société afin que la complémentarité entre la femme et l’homme retrouve sa légitime plénitude.