Les alimentations artificielles en fin de vie



Marie Frings & Véronique Latteur - Editions Racine - Bruxelles - 2005 - 188 p. *


C’est la confrontation quotidienne à des situations cliniques difficiles impliquant des problèmes d’alimentation ou de nutrition chez des patients en fin de vie qui a mené deux femmes médecins à rédiger ce livre.


Véronique Latteur est gériatre en hôpital aigu tandis que Marie Frings, spécialisée en soins palliatifs, a travaillé aussi bien en hôpital aigu qu’en établissement de long séjour ainsi qu’à domicile. Elles se sont interpellées à partir de leurs lieux différents de fin de vie.


Dans un contexte de soins de plus en plus complexes et de plus en plus techniques, destinés à des personnes toujours plus fragilisées par leur âge et leurs problèmes de santé, une réflexion globale sur les alimentations artificielles devenait urgente.


Repérant la diversité des situations cliniques, rassemblant les connaissances acquises aujourd’hui sur l’efficacité des alimentations par sonde selon ces différents contextes cliniques, nos auteurs analysent aussi les nombreuses questions éthiques et juridiques que soulèvent les alimentations artificielles.


Comment prendre une bonne décision thérapeutique chez une personne qui ne s’alimente plus ? Comment éventuellement ne pas commencer un traitement d’alimentation artificielle ? Comment donner de bons soins sans sonde de gavage tout en n’abandonnant pas le patient ? Il est grand temps d’alimenter par une réflexion en profondeur le débat sur "la fin de vie digne", si médiatisé dans notre société occidentale. Également formatrices, Véronique Latteur et Marie Frings terminent leur recherche en proposant une démarche d’éthique pratique qui devrait permettre d’arriver à des décisions plus sensées et à des pratiques plus signifiantes.


Véronique LATTEUR, médecin gériatre, est chef des services de gériatrie aiguë de l’asbl Les hôpitaux Saint-Joseph, Sainte Thérèse et IMTR à Charleroi.


Marie FRINGS, médecin généraliste spécialisée en soins palliatifs et en éthique clinique, fut chef d’une unité de soins palliatifs pendant 10 ans à la Maison Marie Immaculée, maison de repos et de soins (chroniques) à Neufvilles. Elle a, depuis quelques mois, repris la médecine générale à Bruxelles.