Etre ou ne pas naître


VARAUT Alexandre -Rocher (Ed. du), 2002 -*-"Pour Alexandre Varaut, la vie handicapée est une forme de la vie : l’aider relève du devoir, mais l’indemniser c’est l’insulter. La décision de la Cour de cassation rendant l’arrêt Perruche, risquait de favoriser l’ostracisme contre les plus faibles et le recours à l’avortement comme garantie contre la moindre imperfection.

Elle a démoralisé aussi les parents déjà éprouvés par le handicap de leurs enfants. Il s’agit de la dignité des personnes handicapées. C’est à dire de la dignité de tous. Il refuse ce qu’il appelle « cet immonde meilleur des mondes » qui conduit à l’arrêt Perruche. « Si vous ne croyez ni à Dieu ni à diable, ni à l’humanité, si vous n’aspirez qu’au repos et à la satisfaction immédiate, alors vous êtes mûr pour la civilisation Perruche et pour poursuivre la traque des handicapés. Mais si vous avez un peu l’esprit de résistance, si vous croyez que la dignité de l’homme ne dépend pas de l’excellence de sa vie physique, alors vous êtes prêt pour bousculer les trouillards, les flemmards, les idéologues de tout poil qui soutiennent l’eugénisme à la française, et pour donner à mon François et à tous les autres la liberté de naître et de vivre avec le fardeau de leur génome et la légèreté de l’espérance. »-« Cette affaire Perruche, c’est un cloche-pied métaphysique fait à François au moment où l’on s’achète une bonne conscience aux frais des assureurs. »—http://www.genethique.org/parus/lettres/2002/lettre_mai.htm