L’IVG

lundi 22 septembre 2014


Israël Nisand - Presse Universitaire de France - Collection "Que sais-je ?"- 2012


Une génération a passé depuis la légalisation en France de l’interruption volontaire de grossesse, le temps d’en faire un véritable droit des femmes. Pourtant, comme par crainte des polémiques, parler concrètement de l’avortement aujourd’hui semble presque tabou. Sait-on, par exemple, que plus de la moitié des IVG sont aujourd’hui médicamenteuses ? Qu’elles peuvent être réalisées à domicile ? Que, chaque année, en France, près de 12 000 mineures y ont recours ?


Accompagner les femmes et les jeunes filles en demande d’IVG reste essentiel. Il ne s’agit pas seulement de faire en sorte que l’acte médical se passe au mieux – trop souvent, lorsque « tout se passe bien », plus rien ne se dit. Accompagner les femmes, c’est bien sûr les informer sur les différentes étapes qu’elles vont traverser. C’est surtout veiller à ce que la parole leur soit donnée avant, pendant comme après.