Le gender, une norme mondiale ? Pour un discernement

vendredi 17 mai 2013


Marguerite A. Peeters - Editions Mame - 2013 - 120 p.


Merci, tel est le premier mot qui a jailli de mon coeur, et a traversé mes lèvres en lisant ce livre. Je voudrais donc d’emblée exprimer mon immense reconnaissance à Marguerite A. Peeters, qui nous offre une analyse patiente, précise et rigoureuse de l’idéologie du gender, en observant ses origines, son développement en Occident et ses ambitions normatives mondiales. Selon l’idéologie du gender, il n’existe pas de différence ontologique entre l’homme et la femme. L’identité masculine ou féminine ne serait pas inscrite dans la nature, dans la réalité, mais serait uniquement à attribuer à la culture : elle serait le résultat d’une construction sociale, un rôle que jouent les individus à travers des tâches et des fonctions sociales. Selon ses théoriciens, le gender est performatif, et les différences homme-femme ne sont que des oppressions normatives, des stéréotypes culturels et des constructions sociales qu’il faut déconstruire afin de parvenir à la parité entre l’homme et la femme.