La spiritualité : facteur de résistance au pouvoir biomédical de soigner ?

mercredi 20 mars 2013


Guy Jobin - Editions du Cerf - Revue d’éthique et de théologie morale - 2011/HS - n° 266 - p. 131-149


La spiritualité est à la mode dans les milieux de soin nord-américains et anglo-saxons. En effet, depuis le début des années 1990, les revues et journaux spécialisés du monde biomédical publient des articles et reviews dont le thème est l’intégration des ressources religieuses et spirituelles aux soins prodigués aux patients. L’étude de G. Jobin tente d’élucider un enjeu qui est presque passé sous silence dans la littérature biomédicale, faisant la promotion de l’intégration des ressources spirituelles et religieuses dans le soin : l’instrumentalisation des ressources spirituelles et religieuses par la biomédecine. Dans une première étape, on décrit le contexte institutionnel qui a permis l’émergence de ce champ de recherche et de pratique. Une seconde étape est consacrée à la manière dont est présentée la spiritualité dans la littérature biomédicale. Enfin, une réflexion critique sur le phénomène, faisant appel aux travaux de Deleuze et Guattari sur le nomadisme, la migration et la sédentarisation, d’une part, et, d’autre part, à la tradition chrétienne de l’ascétique et de la mystique, propose quelques pistes pour comprendre la résistance qui se manifeste dans certains milieux cliniques à la tendance lourde de la biomédecine à réduire les ressources spirituelles et religieuses à une fonction clinique.