Les enjeux de l’intime

mercredi 20 mars 2013


Cécile Sales - Etudes - Revue de Culture contemporaine - tome 416/6 - juin 2012 - p. 749-761 


L’intime est le lieu où se noue et se joue le dialogue du corps et de l’esprit. Dialogue incessant dont j’ai souvent à peine conscience, qui s’effectue en sourdine, inspire ce que je suis ; il affleure à ma conscience, il peut se mettre en mots, m’ouvrant alors à un échange. Mais sa part la plus grande reste tapie à l’ombre de moi-même. Ce socle de solitude intérieure me différencie de l’autre, qui cependant m’a aidé à le constituer.


Intime ? Ce qu’il y a de plus profond en l’homme, ses pensées, ses sentiments, ses pulsions… et la part la plus secrète de son corps : son sexe, les parties intimes. Car le secret fait couple avec l’intime. Le secret est ce que j’isole, mets à part. Je le garde dans la profondeur de ma mémoire et l’enferme dans mon intimité. Je peux le révéler à quelqu’un que j’estime digne de le recevoir ; il peut lui arriver d’échapper à ma vigilance…


Jouant avec le sens des mots, je suis alors tenté de dire que mon inconscient est mon intime secret ; d’autant plus enfoui que je peux l’ignorer, ne pas en tenir compte et que décrypter son langage requiert la plupart du temps une aide extérieure à moi-même. Paradoxe !


Évoquer l’intimité aujourd’hui pose d’autant plus de questions que son territoire semble se réduire comme une peau de chagrin. Qu’on s’en félicite ou qu’on le déplore, l’intime s’étale partout au grand jour dans un mouvement irrépressible. Partant de cette constatation et après un rapide état des lieux, je m’efforcerai d’explorer son domaine, ce qui le constitue, comment il naît ou peine à naître, les souffrances ou atteintes dont il est l’objet, les aléas auxquels il se heurte. Ici, le corps et l’esprit ne font pas nombre ; le corps a son langage et nos sens nous éclairent ou nous interrogent, révélant parfois des tourments que nous ne soupçonnions pas et dont nous ignorons la source.