Réflexions éthiques sur la pénurie d’organes en Europe

vendredi 20 janvier 2012


Yvanie CAILLÉ, Michel DOUCIN - Les Cahiers du Comité Consultatif National d’Éthique pour les sciences de la vie et de la santé - n° 66 - janv.-mars 2011


Editions L’Harmattan - 2010 - 284 p.*


En 2008, en France, 222 patients sont décédés faute d’avoir reçu un greffon à temps, alors que seulement 4 620 greffes avaient été réalisées pour 13 687 personnes en attente. La pénurie est particulièrement aiguë pour les malades qui ont besoin d’un rein : on compte en moyenne seulement 1 greffon disponible pour 3 malades. Cette situation est assez générale en Europe, mais moins grave dans certains pays qui ont su développer, de différentes manières, une plus grande mobilisation des deux sources de greffons : les donneurs décédés et les donneurs vivants. Le séminaire qui s’est tenu à Paris les 6 et 7 mai 2009 s’est proposé de contribuer à la réflexion des autorités en charge de la révision des lois de bioéthique ainsi que, plus généralement, des milieux médicaux et de l’opinion publique, en apportant un éclairage européen sur les solutions possibles au déficit constaté.