L’éthique en chemin. Démarche et créativité pour les soignants


BOLLY, C., GRANDJEAN, V., VANHALEWYN, M., VIDAL, S.,-Weyrich Édition 2003, pp. 262

Deux de nos anciens Hippocrates d’Or, Cécile Bolly, lauréate de l’année 1999, et Michel Vanhalewyn, lauréat de l’année 1997, ont collaboré à un ouvrage qui invite les soignants à la découverte de leur jardin intérieur, lieu d’errance et de reliance à la fois, tout imprégné d’interrogations éthiques. Dans le grand public, l’éthique fait automatiquement penser à des thèmes comme l’euthanasie, l’acharnement thérapeutique, le clonage, la recherche sur les embryons. Mais le personnel infirmier, lui, est parfois très loin de ces « grandes questions ». Les médecins, eux-mêmes, sont dans leur pratique quotidienne constamment interpellés par l’éthique.Cet autre aspect de l’éthique s’éprouve dans l’authenticité de la relation entre la personne malade et la personne soignante. Ecoute de l’autre et capacité décisionnelle en sont les deux pôles développés dans l’ouvrage, qui ne se veut pas un livre de recettes. Les repères éthiques qui y sont livrés ne sont pas classés en termes de valeurs ou de principes, mais sont reliés à des situations difficiles, telles qu’elles se posent concrètement à certaines équipes soignantes : Les soins aux personnes âgées, les services de soins intensifs, les soins palliatifs. En aucun cas pour les auteurs, la démarche éthique ne peut être réduite à une manière de résoudre des problèmes complexes par des réponses simples en termes de norme, de régulation ou de règles pragmatiques. Quelques outils facilitant le travail des soignants ont fait l’objet d’une analyse détaillée et sont résumés sous la forme de tableaux : l’utilisation d’une grille d’aide à la décision, l’échelle du niveau d’intensité des soins et le processus de l’éthique de la discussion. Le titre "L’éthique en chemin" annonce bien l’aspect dynamique de la démarche. Il est une invitation à laisser ouvert l’espace de questionnement, à toujours travailler avec un regard de débutant, à sans cesse cultiver les possibilités de transformation. Ecrit dans un langage simple, souvent poétique, ponctué de mots entendus et de phrases glanées dans les institutions ou lors de rencontres avec les patients, l’ouvrage n’a rien d’académique. Le but n’est d’ailleurs pas là, mais bien dans le désir insatiable de faire partager le goût de l’éthique. Les auteurs Cécile Bolly et Véronique Grandjean sont respectivement médecin et infirmière. Toutes deux travaillent comme psychothérapeutes. Elles ont écrit l’ouvrage en collaboration avec Michel Vanhalewyn, médecin généraliste et de Serge Vidal, docteur en droit. En plus de leur expérience sur le terrain, tous les quatre assurent différents types de formations, entre autres à l’écoute, en soins palliatifs et en éthique.-