Le bénévolat, un don ?

vendredi 20 janvier 2012


T. Châtel - Éditions Ethica clinica - n° 60 - déc. 2010 - p. 4-11 *


Une enquête récente montre qu’aujourd’hui, environ dix-huit millions de français (soit plus d’un français sur trois de plus de quinze ans) donnent gratuitement de leur temps, un quart d’entre eux n’hésitant pas à y consacrer plusieurs heures chaque semaine1. Dans le domaine caritatif, ce sont même trois millions et demi de personnes qui exercent une activité bénévole auprès des plus démunis, que ce soit à travers des organisations laïques (Croix-Rouge, restos du cœur, associations d’aide aux malades, …) ou confessionnelles (secours catholique, aumôneries…). Cette enquête dresse donc un tableau d’une France fortement bénévole, ce qui peut surprendre dans le contexte actuel marqué par l’individualisme et le mercantilisme. Au-delà des lectures immédiates que l’on peut en faire, il importe d’apporter un éclairage plus profond sur les ressorts de l’action bénévole afin d’apprécier la portée réelled’une telle information et ses incidences dans le domaine éthique.